Rennes : un plan d’urgence pour les entreprises

La métropole un voté un projet qui prévoit de débloquer 6,5 millions d’euros.


Aux mesures d’Etat et de la Région Bretagne (chômage partiel, prêts garantis, fonds de solidarité, reports de cotisations et d’impôts), les élus de l’agglomération rennaise vont associer un plan de soutien local destiné aux entreprises frappées par le ralentissement économique consécutif à l’épidémie de Covid-19.

Ce programme d’urgence, que personne n’aurait pu prévoir pendant la dernière campagne des municipales, va peser lourd – 6,5 millions d’euros, une somme à la hauteur de la crise qui s’annonce sur le territoire, après deux mois de confinement. La semaine passée, le bureau de la métropole a voté l’unanimité l’ensemble des nouvelles mesures présentées qui viennent s’ajouter aux dispositions annoncées dès le mois de mars : annulation des loyers pour les entreprises qui occupent des locaux professionnels gérés directement ou par délégation par la collectivité, et report de la taxe séjour pour les hôteliers.

Des aides de 1 000 à 6 000 pour les commerces

Le plan se décompose en deux grands volets : le premier s’adresse à toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité. 1 million d’euros débloqués par la métropole permettront de participer, sous formes d’aides directes non remboursables, aux investissements nécessaires à l’adaptation des activités au contexte sanitaire. 900 000 euros viendront abonder le fonds régional Résistance qui verse des prêts de 10 000 euros maximum aux entreprises les plus en difficulté.

La seconde partie du partie est celui qui est le plus doté (3 millions d’euros) : il sera tout entier dédié aux commerces (et notamment les bars et restaurants confrontés par des mesures de fermeture administrative depuis la mi-mars), ainsi qu’aux artisans et aux acteurs de l’économie sociale et solidaire.
Seront priorisées par ce dispositif les structures de moins de dix personnes (TPE) et qui enregistrent un chiffre d’affaires inférieur à un million d’euros. Leur sera accordée une aide d’un montant de 1 000 à 6 000 euros selon la gravité des cas : ces enveloppes sont, là aussi, destinées à soutenir les dépenses supportées par les employeurs dans l’achat de nouveaux matériels devenus indispensables dans la cadre des règles de distanciation physique et de protection contre le virus (achat de masques, de visière, de parois en plexiglas etc…). Les demandes seront à déposer dès le mois de juin auprès des chambres de commerces et d’industrie (CCI) et les chambres d’artisanat. Entre 5000 et 6000 entreprises y seraient potentiellement éligibles, selon la métropole.

Soutien à la création d’entreprise

500 000 euros seront injectés dans le secteur de l’hôtellerie et Rennes verse sa quote-part dans le prêt « Relève solidaire » lancé par la Caisse des dépôts et France Active afin d’aider l’économie sociale et solidaire à redémarrer.
La collectivité prévoit également de soutenir les jeunes entreprises (créées en 2020) en doublant le montant du prêt d’honneur qui leur accordé avec le parrainage de Rennes Initiative) et de doter de fonds exceptionnels les mécanismes de financement en faveur des TPE et des micro-entreprises en phase de lancement. Enfin 250 000 euros seront alloués « aux structures d’insertion par l’activité économique ».

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse